Mincir après 50 ans : est-ce vraiment difficile ?

Mincir après 50 ans : est-ce vraiment difficile ?

Ce soin s'adresse aux femmes "matures" désireuses de se soigner d'une façon globale et complète et de mieux faire face aux différents problèmes qu'elles rencontrent en passant un certain cap d'âge. Chez la plupart des femmes matures, 3 problèmes majeurs sont à traiter :

Le 1er problème est celui de l'usure des tissus cutanés : nous le savons, avec le temps, les tissus fatiguent et l'altération des fibres cutanées laisse apparaître certaines lésions sur des zones défférentes : lésions veineuses et capillaires sanguins apparents, lésion fibreuses avec étirement irréversible et apparition de stries ou vergetures. Mais aussi : pompe sanguine circulatoire déficiente et rétention lymphatique avec effets de gonflements et d'oedèmes.

Le 2ème problème est celui de la surcharge pondérale : avec le temps, le brûlage des graisses naturelles se fait moins, ce phénomène est d'autant plus marqué avec la modification du système hormonal qui s'opère passé un cap d'âge. Le déséquilibre hormonal est alors à l'origine d'une prise de poids.

Le 3ème problème est celui de la baisse du taux hormonal : chez la femme, passé un certain cap d'âge. Cette baisse hormonale génère une fatigue globale du corps et une modification du métabolisme général.

DHEA et Processus de vieillissement sont liés
Une déficience en DHEA surgit tôt ou tard chez l'adulte. En général, dès 30 ans, la production journalière diminue au rythme de 1 à 3% par an. A l'âge de 40 ans, le niveau de DHEA n'est plus que la moitié du niveau optimal, et à l'âge de 75 ans il a décliné de 80 à 90%. Cette hormone a une évolution si parallèle au vieillissement humain que certains l'ont même proposée comme marqueur biologique du vieillissement. Ainsi, bon nombre de changements dégénératifs liés au vieillissement seraient provoqués par un déficit en DHEA.

Comment la DHEA peut-elle contrer les kilos superflus et raffermir la silhouette ?

Coupe-faim naturel
La DHEA agit en élevant les taux de plusieurs neurotransmetteurs réduisant l'appétit et l'attirance pour les graisses, tels la sératonine, la dopamine, l'adrénaline et la noradrénaline.

Masse graisse réduite
La DHEA peut dévier le métabolisme vers les muscles aux dépens de la graisse en se convertissant dans le corps en hormones mâles et en élevant le taux de somatomédine C. CEs hormones réduisent la masse grasse, augmentent la masse musculaire et raffermissent la silhouette.

Moins d'adipocytes
La DHEA peut réduire le nombre de cellules adipeuses ou leur contenu en lipides, en empêchant la formation de nouvelles cellules graisseuses et en stimulant la combustion de graisses anciennes.

(information fournie par le Laboratoire Ericson)

Retour page d'accueil de l'institut de beauté